Inseguire e fuggire, in guerra e in amore

Simonetta Nannini (Università di Bologna)

Inseguire e fuggire, in guerra e in amore 

L'oracle «celui qui blesse guérira» peut s'étendre au domaine érotique puisque dès l'origine de la littérature grecque la guerre et l'amour partagent les mêmes termes: si la lyrique puise dans l'épique les termes de «bataille» et la symptomatologie physique du désir mêlé à l'effroi, l'épique chante déjà le duel en termes érotiques. L'histoire d'une similitude particulière (Il. XXI 199-201) montre que dès l'Iliade à l'Eneide jusqu'à l'Ilias Latina, à Chrétien de Troyes et à Tasso la frustration est la marque distinctive des duels décisifs autant que des rencontres d'amour, avec les fuites et poursuites, dans l'impossibilité d'atteindre son but pour toujours. L'emploi de cette similitude par Platon met en relief l'aspect de frustration du dialogue socratique, où l'interlocuteur tombe en aporia et Socrate prend le rôle d'un pharmakon personnifié.
Mots-clés : poursuite, dialogue socratique, Homère, littérature grecque