Non-Homeland: When Translation Is Not a Footnote

Tal Goldfajn (University of Tel-Aviv, Israel)

Non-Homeland: When Translation Is Not a Footnote

Avec la “normalisation” de l'hébreu et son instauration comme une langue vernaculaire “omnivalente” dans la Palestine gouvernée par la Grande Bretagne, le facteur multilingue – à savoir, l'hétéroglossie du contexte culturel et littéraire européen, qui avait toujours constitué une condition sous-jacente de la littérature hébraïque moderne tout au long du XIXe siècle – vient à occuper une position différente, avec un rôle nouveau au sein de la constellation de la littérature hébraïque israélienne moderne. La présente étude traite de l'hétéroglossie littéraire et examine à travers la littérature narrative quelques illustrations des contacts entre les langues au sein de la littérature hébraïque israélienne moderne. Plus spécifiquement, elle se donne pour objectif l'étude de la présence de langues européennes au sein de textes israéliens multilingues, comme par exemple les textes littéraires de Yoël Hoffman.
Mots-clés : multilinguisme, traduction, littérature hébraïque israélienne, Yoel Hoffmann