Revue des Littératures de l'Union Européenne

Rilune
Présentation
Direction et Rédaction
Comité scientifique
Comité de lecture

Numéros monographiques
Bibliothèque de Minos
Notes aux auteurs

L'Europe littéraire
DESE
Erasmus Mundus CLE

Archives scientifiques
Lettres EU en ligne

Page d'accueil



Revue des Littératures de l’Union Européenne

Numéro monographique 7 - Août 2007

Numéros monographiques

Eros Pharmakon (Actes du colloque, Cesenatico 11-14 Mai 2006)
par Silvia Marcozzi et Ilaria Piperno

Héritage de l'antiquité, la problématique amoureuse s'articule dans la culture européenne d'abord comme un échange antithétique entre le poison et le remède d'amour. L'élément le plus intéressant de ce particulier conflit réside dans le lien existant entre ces deux thèmes dans les traditions symboliques et mythiques.

Il est suffisant à ce propos de songer à la lance d'Achille, douée du pouvoir d'empoisonner sa victime et de la délivrer de la blessure au même temps, ainsi qu'aux flèches d'Eros, qui faisait tomber amoureux par le moyen de l'or et libérait de la passion d'amour par le moyen du plomb. On peut ajouter à cela toute la tradition des sources magiques qui provoquent l'amour ou la haine dans ceux qui en boivent. En passant par le Roland Furieux cette tradition se prolonge au moins jusqu'au XVIII siècle avec la Pucelle d'Orléans de Voltaire.

Dans cette articulée antithèse trouve sa place aussi le débat entre amour sacré et amour profane, dont il faut chercher les origines dans le contraste entre la tradition platonique et celle de Lucrèce, contraste qui voit la première de ces deux traditions l'emporter sur l'autre, qui apparaît par contre comme refoulée au cours des siècles.

Tout cela rend particulièrement pertinente l'attention portée sur le passage entre la perception humaniste et la perception contre-réformiste du problème. Au même temps., il ne faut pas non plus oublier que le symbolisme auquel le sujet d'Eros pharmakon donne vie correspond à des archétypes de la pensée tout aussi bien qu'à des formes rhétoriques basilaires comme celle de l'oxymore, qui connaît une grande fortune dans l'époque baroque. Encore, la signification épistémologique du remède d'amour pourrait encore s'étendre jusqu'à des imbrications intéressantes dans les visions alchimiques et paralchimiques comme celle de Paracelse.

Quoi que ce soit il résulte évident que le thème choisi pour le Colloque de Cesenatico du mois de mai 2006 sollicite une attitude transversale capable de tenir compte de différents domaines du savoir, et au même temps pousse toutes les disciplines historico-anthropologiques à se confronter sur un terrain commun. Cela se manifeste dans la variété des interventions présentées. La plupart des articles qui en constituent le résultat font référence à de différents aspects d'une tradition littéraire européenne qui apparaît dans l'ensemble étonnamment compacte et continue dans le traitement de la problématique amoureuse. Toutefois les incursions dans d'autres domaines sont fréquentes, à témoignage de la richesse et vitalité du sujet à travers les siècles.

Articles

Bibliographie

Vous pouvez envoyer vos suggestions aux responsables du numéro:
Silvia Marcozzi et Ilaria Piperno

Instructions aux auteurs - Normes typographiques